LITTLE THINGS #3


Se lever du pied droit ce matin malgré la couleur du ciel. S’en aller en chantant. Vouloir interpeller tous les passants en souriant et en les surnommant « mes petits chats ». Taper plus fort que tout sur cette petite balle jaune de grand matin. Retrouver les gestes d’antan.
Tourner les pages du passé et constater que cette passion roadmap rédigée lors d’une déprime bien installée fin de l’an passé s’est totalement réalisée. Que cette fameuse meilleure version de moi est bel et bien ancrée.
Et vouloir encore prendre la plume pour partager ici et là les petits bonheurs du quotidien. Ceux qui font tellement de bien, quand on prend le temps de les savourer.
Octobre m’a fortement gâtée.
Novembre ouvre de nouvelles possibilités.

J’aime

les couleurs de l’automne
regarder virevolter les feuilles au gré du vent. Celles qui se détachent, tourbillonnent et dansent ce ballet automnal dont je suis la seule spectatrice en cet instant
mettre toute ma hargne dans la frappe d’une balle de tennis
passer la ligne d’arrivée d’un semi-marathon sous le soleil
prendre une douche après l’effort
ouvrir une bonne petite bouteille de rouge et savourer chaque gorgée comme si elle était unique.
laisser couler l’eau chaude sur ma nuque, à l’infini
revivre un moment familier avec quelqu’un que j’apprécie
écouter le silence tard la nuit au coeur de la ville
le trop plein d’émotions, les larmes de joie quand un souvenir me frappe en plein coeur
les petits messages qui attendent d’être lus à mon réveil
barrer les tâches les unes après les autres sur une liste qui n’en finit pas
apprécier ne rien faire sans me sentir coupable
manger de la glace, parfum moka, sous la couette, tard dans la nuit, quand il fait froid dehors
être morte de peur face à l’inconnu en sachant que tout va bien se passer (relativiser)
me plonger dans ses yeux noirs
organiser de grands diners
les grandes tablées devant une raclette ou tartiflette
créer de belles histoires dans ma tête quand le sommeil ne vient pas
confronter des idées, des projets, des envies, des folies
me sentir vulnérable face à certaines personnes car je sais pertinemment que pour cette fois, j’ai tort
l’odeur des bougies tout juste soufflées
la mélancolie
aimer même si le sentiment n’est pas partagé
le sentiment d’intense bonheur après avoir réservé un vol
l’inconnu
chanter en yaourt très fort
être incollable au Scrabble
me rendre compte que tout est encore possible quand je pensais le contraire
retrouver un vieil ami et rattraper le temps perdu en un instant, comme si nous ne nous étions jamais quitté
les échos, encore et toujours
l’odeur du bitume tout juste posé
les illuminations de Noël
les éclats des feux d’artifice
redécouvrir de vieilles chansons
finir d’écrire un texte qui me tient à coeur
regarder la lune
les longues balades en forêt en automne
dormir avec la fenêtre ouverte, été comme hiver
qu’un inconnu me sourisse
quand quelqu’un se souvient de ce que je lui avais confié
découvrir de nouveaux artistes
sentir les rayons de soleil sur mon visage en hiver
les transmissions de pensée sans même se les partager
quand l’être aimé pose son nez dans mes cheveux
les premiers flocons de neige au retour de l’hiver
les conversations sans fin
l’odeur de l’océan
les longs trajets en train
et écrire cette liste de petits plaisirs au propre avec une douce lazy/chill playlist (Lazy factory Two sur mon compte Spotify carolineweiler).

  • 11/04/2015
  • 2
Caroline Weiler
About me

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *