PLAISIRS DE BOUCHE #DIJON


Au printemps dernier, j’ai eu la chance de prendre la route et de sortir des sentiers bruxellois à la rencontre du patrimoine viticole et gastronomique de Bourgogne.

Une belle échappée au cœur d’un terroir déjà connu et apprécié fortement.

D’un coup de Thalys jusqu’à Paris et un TGV plus tard, me voici au cœur de la ville des Grands Ducs. Dijon.

Nous sommes fin mars. Le printemps fait grise mine mais cela n’empêche pas aux Dijonnais d’être souriant et très chaleureux.

 photo rue des forges 000041 2_zps7vr659v6.jpg

Pas une minute à perdre, le ventre criant famine, direction le Grand Café, un bistronome qui revisite notamment les grands classiques gastronomiques de la région. Je me régale avec l’une des spécialités de la maison : des escargots à la crème d’ail. Terminé à la petite cuillère et de bons morceaux de pain.  Le tout arrosé d’un verre de Marsannay. Une belle entrée en la matière et un déjeuner assez copieux avec un thé gourmand en dessert.

Direction ensuite le Petit Tertre, maison d’hôtes charmante où je passerai mes deux nuits à Dijon. Mon appartement, car oui c’est un appartement entier pour moi toute seule, est la Chambre Empire. Une salle de bain soigneusement décorée, un salon-salle à manger avec une petite cuisine de secours et à l’étage la chambre pour une bonne nuit de sommeil réparateur. Il y fait calme. La propriétaire est charmante et je risque de m’y sentir comme chez moi.

L’après-midi est dédié à la visite du centre historique de Dijon. On commence par le Palais des Ducs, ancienne habitation des Ducs de Bourgogne. Les cuisines Ducales à l’entrée sont impressionnantes avec leurs cheminées gigantesques pouvant cuire des bœufs entiers à même la broche. Je redécouvre le Palais, les salles de réunion, de fêtes, et l’histoire des Ducs de Bourgogne, qui soit dit en passant, sont également mes ancêtres. Je connais donc déjà bien la région. Ô souvenirs d’enfance.

 photo Vue sur le Palais des Duc et la Tour Philippe le Bon depuis la place de la libeacuteration 000039_zpslgyxo2uz.jpg

Après ce petit tour intérieur, on s’enfonce dans les petites ruelles du centre à la découverte d’Hôtels particuliers remarquables tel que l’Hôtel Vogüé avec ses superbes cours intérieures. Mais aussi les nombreuses églises de la ville, la place de la Libération, le jardin Darcy avec l’hommage à l’ours de Pompon réalisé par le sculpteur Henry Martinet, la poste Grangier et bien d’autres richesses architecturales de la ville. J’en apprends énormément sur les magnifiques toits vernissés et la technique de « vernis » des tuiles traditionnelles de Bourgogne ainsi que sur le Jacquemart de l’église gothique Notre Dame. J’admire les vieilles maisons médiévales en pans de bois. Je m’imprègne peu à peu de l’ambiance particulière dijonnaise.

 photo Dijon 000038_zpsslpge9pj.jpg
 photo Dijon 000037_zpss6kr9qqc.jpg
 photo Maison pans de bois 000033_zpsaaf8ktyh.jpg
 photo Poste Grangier 000027_zps62qgpftn.jpg

Avant le dîner, petite balade dans le quartier des antiquaires, proche du Petit Tertre, entre la rue Auguste Comte, la rue chaudronnerie et la rue verrerie. Je découvre de chouettes adresses de mobilier vintage comme Empreinte, un magasin pour enfants « Les petites graines », un petit glacier l’Alchimia ainsi qu’un petit café italien, le Little Italy Shop qui vend des pizzas à la découpe.

 photo rue Auguste 000022 2_zpso7gm2dyo.jpg

Place au soir, au restaurant de la porte Guillaume, à la dégustation de quatre vins de la région accompagnés d’une bonne assiette de fromages et charcuterie. Quelques gouttes de Chablis, de Macon, de Savigny et de Fixin. Le Fixin était excellent. Un bel arôme et une texture légère.

 photo Deacutegustation au restaurant La porte Guillaume IMG_3735_zpszbecjdv0.jpg

Le premier jour s’achève par une balade digestive dans un Dijon nocturne et déserté.

JOUR 2

Après un bon petit-déjeuner déposé directement dans mon petit salon, il est l’heure d’entamer cette deuxième journée gourmande. La matinée est dédiée à la dégustation des spécialités piquantes et sucrées de la région.

On commence par le marché des Halles. Une construction s’inspirant du travail d’Eiffel. J’aime ces grands marchés vivants qui sentent bon la tradition et les produits artisanaux.

 photo Marcheacute des Halles - exteacuterieur 000014_zpscwiargu3.jpg
 photo Horloge des Halles 000031_zpsb2fojvji.jpg
 photo Marcheacute des Halles inteacuterieur 000019_zps20ltd5cg.jpg
 photo 000020_zpsoozvswdo.jpg

J’ai la chance de découvrir les produits et spécialités de Le Gourmet au cœur des Halles. Le Gourmet est une petite entreprise familiale qui, en plus de sa boutique mère, propose ses mets deux à trois fois par semaine au sein du marché couvert. Leur jambon persillé est le meilleur du monde. Il ne respecte pas la recette traditionnelle et tant mieux pour moi, qui ne suis pas une très grande fan de la gelée et du gras du jambon blanc. Celui-ci fond dans la bouche, est très frais au goût. Leur terrine au kirsch est également excellente. J’en ramènerai deux gros morceaux à Bruxelles. Leur pain de santé est très agréable et pas trop sec.

 photo Deacutegustation dans les Halles - Le Gourmet 000021_zpsxz0k6g7j.jpg

La visite gourmande se poursuit par une dégustation des piquantes moutardes à la maison Maille. Mon choix se porte sur celle au Chablis et brisure de truffes ainsi que sur la plus traditionnelle au vin blanc. Des saveurs surprenantes pour beaucoup de piquant.

Place au sucré maintenant avec la maison Mulot & Petitjean et leurs délicieux pains d’épices. Déclinés à l’infini, les pavés de santé sont fruités, épicés et se marient très bien avec du salé pour des plats cuisinés inventifs et délicieux. Quelques bonbons anis de Flavigny plus tard, des morceaux de pains d’épices à l’écorce d’oranger, c’est déjà l’heure du déjeuner. Tout cela m’a bien mis en appétit.

 photo Mulot amp petit Jean 000023_zpssjecrlpi.jpg

La Maison Millière est un établissement classé qui sert une divine cuisine bourguignonne. Gros coup de cœur pour cette adresse où fût tourné Cyrano de Bergerac. Je me suis régalée avec mon menu bourguignon. J’ai découvert les œufs meurettes aux trompettes avec une sauce au vin rouge terminée à la petite cuillère. Un suprême de volaille au divin fromage d’époisses terminé par une énorme tarte Tatin. Le tout arrosé d’un Chablis pour le blanc et d’un Marsannay pour le rouge. Un pur délice !

 photo Maison Milliegravere 000011_zpswguzdrko.jpg

Pour digérer le tout, rien de tel qu’une grimpette de centaines de marches pour atteindre le sommet de la Tour Philippe Le Bon avec un panorama exceptionnel sur le tout Dijon. On repère les toits vernissés de la Cathédrale et de quelques Hôtels particuliers ainsi que le fameux Jacquemart. On domine la place de la Libération et le vieux Dijon est à nos pieds. Le vent souffle fort ce jour-là et la vue est bien dégagée. Je pourrais passer des heures à regarder l’horizon et rêvasser dans une région faite de capes et d’épées.

 photo Les toits vernisseacutes de Dijon 000042_zpsy4dpuzaz.jpg
 photo Carte au sommet de la Tour Philippe Le Bon 000040_zpswksvrrfo.jpg
 photo Vue depuis la Tour Philippe Le Bon sur la Place de la libeacuteration 000001_zpsw9cvp66w.jpg
 photo Leacuteglise Notre Dame et son Jacquemart 000041_zps5k2xbthl.jpg
 photo 000009_zpskijhmore.jpg

Direction ensuite la Chartreuse de Champol et son puits de Moïse. Cette base d’un grand calvaire est un chef d’œuvre de la sculpture et d’un réalisme impressionnant pour l’époque médiévale. Calme et recueillement sont de mises devant ce beau symbole religieux.

 photo Le puit de Moiumlse 000035_zpswbb3xxqd.jpg
 photo Le printemps sur le site du Puits de Moiumlse 000036_zps59l6xcv5.jpg

La journée se termine au Pré aux Clercs, restaurant étoilé de la ville tenu par une famille de passionnés de cuisine. J’avais entendu parler de leurs fameuses cuisses de grenouilles en tempura que je me réjouissais de goûter et je n’ai clairement pas été déçue. Une belle cuisine de tradition revisitée dans un cadre classique et familial.

JOUR 3

Le troisième et dernier jour est dédié à la visite des vignobles et des spécialités de la région.

On commence par la découverte très matinale du Cassissium, le musée du Cassis. Dégustation de différentes crèmes de cassis pur ou avec du vin blanc. Le musée est bien agencé et on apprend de manière ludique la confection de la crème de cassis ainsi que son histoire.

 photo Cassissium IMG_3766_zps6toz9kpt.jpg

Direction ensuite l’Imaginarium pour tout apprendre sur la confection du crémant de Bourgogne et se faire séduire par la magie des bulles. Un centre de découverte de la route des vins très agréable pour tout savoir sur les vins pétillants, les outils et techniques utilisés pour offrir des bulles de qualité.

Enfin, dégustation et visite de la Fromagerie Gaugry, spécialisée dans la fabrication de l’époisses, fromage fort et de caractère, aux arômes fruités. Miam ! Observer cette chaine de travail et de réalisation de produits fins est remarquable.

Le séjour touche déjà à sa fin et se termine en beauté avec un magnifique tour dans les vignobles de la Côte de Nuits en compagnie d’un guide charmant et d’un couple amateurs de Grands Crus. On sillonne les petites routes, de vignes en vignes, à bord de notre van avant de rejoindre les caves de Jean-Philippe Marchand.

 photo Sur la route des vignobles 000009_zps7qoisyk2.jpg
 photo Pied de vignes 000029_zps4j2uquro.jpg
 photo Sur la route des Vignobles 000010_zpssxkonclh.jpg
 photo sur la route des vignobles 000030_zpsu6cjc6yu.jpg
 photo Sur la route des Vignobles 000026_zpsgrytupfc.jpg

Aux caves de Jean-Philippe Marchand, je goûte différents cépages. On ouvre quelques bouteilles, accompagnées de pain au fromage, mes nouveaux amis (un couple d’amateurs de vin) jettent leur dévolu sur un Grand cru qu’ils décident d’ouvrir avec nous pour nous en faire profiter. Les papilles sont ravies. De l’arôme et de la rondeur en bouche.

 photo Caves Jean-Philippe Marchand 000022_zpsn0y1hgcx.jpg

On reprend la route pour finir par la visite du Château du Clos de Vougeot. Une magnifique propriété perdue au milieu des vignes. De l’Histoire. Des Souvenirs. Du grand savoir-faire.

 photo 000008_zpslnqkflcy.jpg
 photo 000025_zpsvn08lfwb.jpg
 photo Domaine Clos de vougeot 000025_zps10obzvog.jpg

Tout cela conclut un beau voyage dans la vallée bourguignonne, temple de la gastronomie et des cépages fruités. J’ai retrouvé de belles saveurs que je connaissais déjà mais qui me plaisent toujours autant. J’ai goûté une cuisine généreuse et traditionnelle. Mon ventre et moi avons pris beaucoup de plaisir pendant ce séjour. En tant qu’épicurienne et grande gourmande, cela fait toujours plaisir de passer un séjour culinaire dans une région qu’on apprécie déjà énormément.

Je remercie du fond du cœur Florence Bucciacchio pour son agréable compagnie, Marie-Christine Arlaud, guide au grand coeur m’ayant fait découvrir les secrets dijonnais comme personne, et l’Office du Tourisme de Dijon  pour cet agréable séjour.
  • 11/03/2015
  • 0
Caroline Weiler
About me

2 Comments

Clemence M
11/03/2015

La fan de moutarde que je suis a été comme magnétiquement attirée par ton article.
Et je dois te dire merci, car jamais je n'aurais pensé que cette ville était aussi belle.
En attendant de pouvoir m'y rendre, je me contente de tes photos, toujours aussi superbes :)

Pierre
11/04/2015

On m'avait dit beaucoup de bien de Dijon mais je n'avais encore jamais vu de photos de cette ville. C'est vrai qu'elle est jolie, ça donne envie d'y aller !

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *